UA-80663636-1

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/05/2019

La littérature française est morte, vive la littérature.

 

« Les écrivains russes ne sont pas bourgeois. » Dimitri Bortnikov

Le mérite de la révolte actuelle est de pousser dans le lac certaines marionnettes tenues à bout de bras par les médias. Et surtout de jeter la presse oligarchique avec l’eau de l’étang. Qui trouvera intéressant après un tel mouvement de savoir que Nicolas Sarkozy et Carla Bruni ont assisté à une inauguration à Doha? Ou que les Bogdanov n’ont pas participé au bal des tsarines? Que Nicolas Bedos ne prend plus de coke? Trois vieilles peaux de Neuilly. Nous assistons à la mort de la presse people aveuglée par son propre pouvoir de fascination, comme si un rouage de l’immense propagande libérale s’était définitivement rouillé.

Mais ce n’est pas tout : la littérature rance de Houellebecq n’a plus que les moquettes élyséennes honnies pour faire sa propre promotion. Les chroniques mondaines Rive gauche ne suffisent plus à faire un livre. Les philosophes qui sucrent les fraises ont beau être invités permanents de Valeurs actuelles ou d’Europe 1. Certes il restera toujours des éditeurs assez bourgeois bohème pour éditer des statuts Facebook crétins ou des livres sur la pénétration et les charentaises, mais cette littérature se meurt. Heureusement, mon dieu.

On en a enfin fini avec le nombrilisme. Même les Anglais de la City n’osaient pas éditer des autofictictions aussi dégueulasses.

« Qu’est-ce que c’est dégueulasse? »

Aucune humanité, aucun regard sur le monde, aucune expérience du reste.  L’entre-soi, l’idée que mon mal de dos est de la littérature.

Le vent se lève, et je connais  des éditrices et des cavaliers, qui détachent les nacelles de leur Montgolfières.

23:19 Publié dans Actualité | Commentaires (0) | | Digg! Digg |  Facebook |

31/12/2016

Voeux pieux

Arsinoé est éprise du Prosecco, de ses bulles, des volutes et des ogives de Sienne qui volètent dans sa coupe, elle rêve d'une année italienne, de footings au coucher de soleil, de blagues d'enfants, "T'as les fesses carrées, on se croirait dans Minecraft" du rouge, que la vie serait belle si elle n'était qu'un unique crépuscule, nous sommes enfermés dans la caverne, elle songe à des femmes conscientes du monde et à des hommes conscients des autres, le Soleil se couche sur Saint-Pierre, que de gens souffrirent pour ériger des rêves de pierre, érigeons des rêves de chair et d'os, les bulles pétillent au milieu des cris d'agonisants, je sortirai de ma torpeur et ne me laisserai pas aller au découragement du monde. Je promènerai mon bonnet pointu à Hyde Park ou au Yémen, je garderai des yeux enfantins et la curiosité des premiers jours, je me révolterai, je conserverai intacte ma capacité d'indignation et dans quelques minutes je mettrai du rouge pour te faire la bise et te souhaiter une belle année 2017.

17:08 Publié dans Actualité | Commentaires (0) | | Digg! Digg |  Facebook |

23/06/2016

Quizz estival. Êtes-vous une bombe sexuelle?

 

image.jpg

Vous croisez trois marins :

# vous les invitez à danser.

@ ils vous racontent leur vie en vous bouffant du regard.

& vous les guidez.

€ ils vous invitent à danser.

 

Vous êtes invitée chez des garçons inconnus, vous jouez :

# à action vérité

@ avec la mousse à raser 

& à la fille timide

€ à l'auto-stoppeuse reconnaissante

 

image.jpg

 

 

Votre sport préféré :

# la pole dance

@ le surf

& la course à pied

€ la zumba

 

Votre film préféré :

# Neuf semaines et demie

@ Witness

& Femme fatale

€ Springbreakers

 

image.jpg

 

 

Un beau brun vous emmène au Galeries Lafayette :

# Il n'arrive jamais à destination.

@ Il se fait expulser par la sécurité.

& Il se bourre de macarons avec vous.

€ Il vous fait le coup de la panne.

 

 

Vous rêvez d'une fellation :

# au Jardin des Tuileries

@ dans une montée d'escalier Hausmannienne

& dans un water bed

€ sur une banquette de Wagon-lit

 

Vous rêvez de faire l'amour :

# au BHV

@ au Musée d'Orsay

& dans un champ de blé

€ dans un confessionnal

 

Résultats et profils en commentaires.

00:18 Publié dans Actualité, Inclassable | Commentaires (7) | | Digg! Digg |  Facebook |

24/10/2015

Mission Démission. Le Démissionneur à gages, Antoine Lefranc

Inaugurer une collection est toujours un petit défi et c'est à Antoine Lefranc que les éditions Lilo se sont adressées, pour ouvrir leur catalogue de nouvelles, uniques et grand format intitulées "Momentanés". 

Une seule nouvelle, 70 pages et un format d'habitude davantage réservé aux revues de sciences humaines qu'à Pouchkine, Ludmila Oulitchkaia, Mérimée ou Laurent Nicolas. 

Antoine s'en acquitte avec talent, dans ce récit court, qui se déroule dans le monde impitoyable de l'entreprise. Le héros, si je puis dire, s'acquitte avec virtuosité de ses missions spéciales, dont nous ne dévoilerons pas l'objet, jusqu'au jour où la promesse d'un visage remet en cause sa vocation. Son histoire piquante fait parfois songer à l'acidité d'Amélie Nothomb dans Stupeur et Tremblements.Son écriture simple et blanche va droit au but et la qualité majeure du texte d'Antoine réside dans la limpidité de sa progression narrative. 

Son originalité donne envie d'une adaptation cinématographique. Alors avis aux amateurs !

image.jpg

06/02/2015

Sagan des villes et Sagan des champs

image.jpg

Les grandes villes n'existent pas est une méditation sur la vie à la campagne, de l'enfance à l'âge adulte. Sur le bonheur, quand la vie palpite autour du stade municipal, de l'élection de la Rosière sur un char à foin, ou encore de l'ail sauvage que les enfants ramassent, dans les marais fiévreux. Cécile parle pour tous ses copains de classe, ses ex, ses voisins, tous ceux qui savent ce que c'est que de vivre à 30 kilomètres du premier centre commercial. Cécile n'écrit pas Guerre et Paix. Une description libre. Quelquefois bouleversante. Elle passe du coq à l'âne, de l'école à l'Église, du loto aux premiers scooters. Indépendamment de ces instantanés, une voix émerge, mélancolique et vive. "Mais l'église, c'est surtout le lieu, où même si on ne croit pas en Dieu, même si on n'y comprend rien, si on n'y ressent rien, on préfère tout de même s'y montrer sous son meilleur profil."Et une image m'a traversé l'esprit en la lisant, celle de Françoise, avec ses fulgurations et ses aléas. Cécile aura sans doute des ratés : elle racontera peut-être mal la vie d'une copine qui vend des aspirateurs, mais, un jour, tu verras, elle nous renversera sur sa mob.

Les grandes villes n'existent pas. Cécile Coulon - Seuil

18/01/2015

Dix résolutions (intenables) pour 2015

 

Mettre à la retraite tous les journalistes de plus de 60 ans que l'âge a rendus peureux.

Pouvoir rire de tout et avec tout le monde (la liste des exceptions suivra sous pli discret).

Aimer Place du Panthéon.

Aimer in the shower tonight.

Ne pas rouler en trottinette sur les pieds d'un fantassin armé jusqu'aux dents du dispositif Vigipirate niveau triangle rouge foncé tout ça, tout ça.

Ne pas caricaturer Paulette (c'est facile tant que je n'en connais pas).

Boire un café avec Cameron Diaz et de la mousse.

Lire Arsinoé en Italien, en Danois, et, cerise sur le gâteau,  en Finlandais si là-haut t'es bien luné, mais ne le prends pas mal, steup.

Se concentrer sur le sport et non la salle à la salle de sport (et muscler mon intelligence).

Retarder 2017 avec des ruses de Sioux.

Et bonus ! 

Engager une vraie maquilleuse  brune pour l'anniversaire des enfants ( c'est la résolution Gala Closer à 950 euros pour la lectrice qui a du mal à joindre les deux bouts).

image.jpg

Moi après les attentats

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

23:17 Publié dans Actualité, Inclassable | Commentaires (3) | | Digg! Digg |  Facebook |

21/10/2014

Les deux livres de l'automne

"Observer les faiblesses humaines, la physiologie du pouvoir, la fragilité des relations, l'inconsistance des liens, la force colossale de l'argent et de la férocité. L'impuissance absolue de tous les enseignements mettant en valeur la beauté et la justice, ceux dont je me suis nourri."

Roberto Saviano - Extra pure - Éditions Gallimard

"Et surtout, comprenez que mon cœur est déjà pris. Il l’est depuis fort longtemps maintenant. Pris par la mer. Pris par le port vieux comme moi qui m’attache. Par le ciel bleu flamboyant dont la Vierge culminante me garde. Pris par les hommes, les femmes, les enfants, qui s’arc-boutent dans mes criques et sur ma basilique."

Caroline Capossela - Les Amuse-gueules - Editions Lilo



13/04/2014

Les grands Entretiens du mardi de Pardie - Angie David

Des yeux bleus d'une clarté matinale. Lucides. Lorsque je me rendis au rendez-vous, j'avais en tête une image sulfureuse d'Angie, drapée dans une forme de parisianisme et de goûts des micros. Angie est Responsable éditoriale chez Léo Scheer, mais aussi Prix Goncourt de la Biographie pour un livre de référence sur Dominique Aury, l'auteure d'Histoire d'O. Elle récidive avec un autre récit de vie, celui de Sylvia Bataille, femme de Georges et actrice mythique de Partie de Campagne. La lecture aiguise notre curiosité : la biographie nous mène dans les alcôves du Surréalisme et de la bohème littéraire des années 1930, dont Angie David se révèle une évocatrice peu superficielle, directe et réfléchie. Je lirai ses prochains ouvrages.

image.jpg

Bonjour Angie, vous avez obtenu le Prix Goncourt de la biographie pour celle de Dominique Aury, l'auteur d'Histoire d'O, et désormais vous publiez un roman biographique sur Sylvia Bataille. Qu'est-ce qui vous plait particulièrement dans ce genre ?

Je n'ai pas d'imagination, et j'aime parler de la réalité. Il y a plus de matière. Ce sont également des rencontres. Avec Dominique Aury, l'idée du livre s'est imposée rapidement. Je n'avais pas l'impression d'avoir en moi une œuvre, donc c'était une bonne porte d'entrée. Elle m'a permis de me mettre à l'écriture, de faire un travail de recherche – j'aime cela.

J'ai lu Sylvia Bataille comme une plongée passionnante dans la vie artistique et littéraire de l'entre-deux guerres. Parmi les écrivains que l'on croise dans le livre, quel est celui qui vous attire le plus ?

Ce serait difficile de n'en choisir qu'un seul, car il y en a beaucoup et ils sont quand même formidables, ce serait injuste ; mais ce n'est pas Bataille qui m'attire le plus : davantage Sylvia que Georges, les copains de Georges plus que lui-même, l'époque, la place des femmes auprès de ces hommes illustres. Je n'ai pas fait ça parce que je suis une fan de Bataille. Il y a peut-être, deux personnages que je préfère aux autres : Michel Leiris et Jacques Prévert. Michel Leiris est un écrivain assez peu connu du public, alors qu'il a joué un rôle très important dans l'histoire de la littérature et des sciences humaines, puisqu'il était anthropologue. Et Prévert, que l'on croit connaître, via les films ou les poèmes qu'il a écrits. On ne mesure pas à quel point, c'était un personnage extraordinaire, haut en couleurs. Nous en avons une image plus commune que ce qu'il était.

Il est effectivement présenté dans le livre de manière indépendante des groupes qui tournent autour de lui : il participe à tout, tout en gardant une forme de liberté. C'est le portrait en creux que vous suggérez. Il y a également une rivalité qui sous-tend le récit entre Bataille et Breton.

Oui, c'est le cœur, l'histoire du Surréalisme. Dès le début, il y a une dissidence dont Bataille va devenir comme le chef de file. En réalité, Breton énervait beaucoup de monde, mais avant Bataille, personne n'osait le dire ou former un contre-mouvement. Bataille va apparaître comme un outsider. Ils vont se détester. Breton est horrifié par la figure de Bataille : l'homme, ses écrits, sa vie. Comme Breton associait totalement la vie privée à l'œuvre, pour lui, tout était question de Morale. Évidemment, Bataille était complètement débauché dans sa vie et si extrême et transgressif dans son œuvre que, pour Breton, c'était l'homme à abattre. Bataille va rallier derrière lui un certain nombre de gens ; ça se joue au moment de l'adhésion au Parti communiste, qui va devenir le centre des débats, au sein du mouvement surréaliste. Savoir qui adhère ou pas. Est-ce qu'on a le droit de ne pas adhérer tout en restant membre actif du mouvement ? Ce sont des questions qui vont très nettement diviser le groupe, mais il y a aussi celles qui concernent « l'à côté » de l'œuvre. Par exemple, le rôle des activités dites « alimentaires » : on va accuser Desnos d'être publicitaire et journaliste pour vivre, et d'autres encore d'écrire des romans, ou de faire du théâtre comme Artaud. Le théâtre est une activité considérée par Breton comme « putassière », honteuse. Il n'y a que la poésie qui trouve grâce aux yeux de l'orthodoxie surréaliste, et donc Bataille incarne cette opposition. Le clivage est grand et détermine le paysage de l'époque.

Moi qui n'aime pas les textes de Breton, j'ai trouvé qu'il était représenté de manière particulièrement antipathique. Une forme de théoricien politique très moralisateur, c'est une figure que je pressentais et que vous soulignez.

Des artistes comme André Masson le racontent dans des entretiens, ils expliquent que leur « patron » était comme ça. Il y a eu toute une vague d'excommunications du mouvement assez choquante et des procès d'intention avec exclusions votées à la majorité, insultes, et en même temps c'est assez intéressant de voir à quel point ces gens prenaient la littérature au sérieux. Aujourd'hui nous avons du mal à nous représenter ces enjeux passionnels, c'est finalement assez sympathique, des gens capables de se déchirer pour des questions de peinture, de littérature, ou de poésie ; cette dimension-là m'intéresse.

image.jpg

Et Sylvia est-elle libre ?

Oui, formidablement libre pour son époque, mais j'ai cherché à souligner que, aussi en avance fût-elle, elle ne réussit pas à s'émanciper totalement. Sylvia était une personnalité très forte, indépendante financièrement, c’est même elle qui a aidé Bataille tout au long de sa vie. Elle entretenait sa mère, ses sœurs et son frère, sa fille Laurence, qu’elle a eue avec Bataille. Et, en même temps, elle a souffert d’être délaissée par tous les hommes qu’elle a aimés. La liberté sexuelle profite davantage aux hommes, et les femmes ne sortent jamais complètement de leur rôle d’objet de désir. Sa carrière d’actrice révèle la même problématique. Le film de Renoir, Partie de Campagne, est un film inachevé, et ce qui est tragique, c'est qu'il ne sortira que des années plus tard alors que c'est son plus grand rôle. Les ténors de la littérature que Sylvia côtoie, en dépit de leur stature et de leurs déclarations, ne laissent à la femme qu'un choix par défaut : ils rêvent d'une femme au foyer, du repos du guerrier, ou d'une muse. Une vision en définitive très archaïque.

En songeant à ces conflits entre Bataille et Breton, et à votre activité d'éditrice, je me suis posé la question de savoir si Saint-Germain-des-Prés était un milieu violent.

Nous ne sommes pas à Saint-Germain-des-Prés, grâce à Dieu ! Nous sommes un peu des outsiders, en marge, chez Léo Scheer. Nous sommes installés à la Madeleine et nous nous sommes créés en 2000 ; en très peu de temps, nous avons fait parler de nous. En général, c'est un métier où il est long d'imposer sa marque. Les Editions Léo Scheer ont brûlé les étapes, nous sommes en quelque sorte des francs-tireurs, des anars qui ne peuvent pas plaire à tout le monde. Pas politiquement corrects. Nous faisons souvent des choix qui chagrinent l'axe Télérama-France-Culture, mais, en même temps, ils nous soutiennent aussi sur certains livres. Nous aimons éditer des auteurs qui dérangent, comme par exemple les Morceaux choisis de Marc-Édouard Nabe. Nous sommes très indépendants, même économiquement, nous n'appartenons à aucun groupe. C'est un milieu qui est tout de même très dur, les gens ne se font pas de cadeaux, j'ai toujours pensé que c'était proportionnel à l'absence de réussite économique. Comme il n'y a pas beaucoup d'argent, que ce n'est que du prestige, et bien on est encore plus méchant. Il y a des milieux comme le cinéma où il y a tant d'argent en jeu que l'on se tire un peu moins dans les pattes. Nous, ce n'est que de l'image, du prestige, de la réputation, une forme de noblesse de notre activité, ce qui fait qu’on ne permet pas d'accéder facilement à ce sérail. Il faut faire ses preuves, c'est long, assez laborieux, donc que les gens ont l'habitude de vous casser c'est un petit monde qui déblatère un peu ; mais bon ça fait partie du milieu, il existe comme tel, faut le prendre comme un jeu, comme une cour de récréation... Sans y prêter trop attention.

Vous avez une activité d'édition numérique désormais ?

Nous avons commencé en janvier avec le nouveau livre de Nathalie Rheims, Maladie d’amour. Certaines nouveautés sur lesquelles on mise particulièrement vont être numérisées. Par ailleurs, il y a 1200 titres en catalogue, donc nous allons également entreprendre de numériser le fond, composé de titres très variés et tous très intéressants : cela vaut le coup de les revaloriser.

27/11/2013

Sortie le 14 décembre 2013. Avant le petit Jésus.

recueil de nouvelles,nouvelles,arsinoé,stéphan pardie,lilo,laurent nicolas

18/11/2013

L'Ecume, la Mer et la Confiture de Groseilles

Interview à propos de mon premier recueil de nouvelles , L'Ecume, la Mer et la Confiture de groseilles, à sortir le 14 décembre. Trois heures à savourer.

Nuit off de Laurent Nicolas.

http://www.nuitoff.com/

Aux côtés de Soem (chanteuse), en live !

Jad et Aurélien (émission TV Paris parle, un extrait ci-dessous, Paris parle d'amour.

Si vous aimez leurs interviews, pour en savoir plus ...

http://soem.over-blog.net/
http://www.youtube.com/user/ParisParle?feature=watch  


Enjoy!


22/10/2013

Ha ! L'inspiration !

Pour prolonger le plaisir de la dédicace, une photo par Benoît Pinaud et le reportage De Paris parle avec une séquence culte, cette jeune femme qui garde ...mais voyez plutôt.

12/07/2013

Les grands entretiens du mardi - Arnauld Champremier-Trigano

Créateur de Médiascop, Arnauld Champremier Trigano fut le Dir com atypique de Jean-Luc Mélenchon durant la dernière élection présidentielle.

Il est présent sur tous les fronts, des commentaires politiques sur les chaînes d’info jusqu'à l'écriture de web-séries. L’Agence, création loufoque, produite par CAPA, met en scène de faux communicants et de vrais membres de Médiascop. Vertiges du désoeuvrement  qui suit la campagne présidentielle, quête de nouveaux clients, propositions, catharsis.

Je suis heureux de vous présenter cet entretien, avec un quarantenaire pour qui la communication ne doit pas mentir et la politique rester l’affaire de tous.

815621_arnauld-champremier-trigano.jpg

-Pouvez-vous nous présenter en quelques mots Médiascop ?

- Médiascop, c’est une agence de com qui a comme cœur de métier le repositionnement d’image…c’est-à-dire qu’on corrige une image, pour certaines personnalités ou organismes qui ont eu des « accidents ».

On la construit, pour des gens qui veulent gagner en visibilité, on la transforme, pour ceux qui veulent se repositionner. Des personnalités, des entreprises, des pays, des administrations, on va de la stratégie jusqu’à la fabrication des outils.

- Vous n’avez donc pas que des clients issus de la politique ?

- La plupart de nos clients n’ont rien à voir avec la politique et par hasard il se trouve que nous avons actuellement pas mal de clients sportifs. La fédération française d’athlétisme…Jean-Marc Mormeck champion du monde de boxe. Nous sommes sur des profils très différents. Et comme nous sommes fidèles politiquement à nos idées,
le front de gauche n'est pas la famille politique où il y a le plus d'argent.


- Vous avez dit au détour d'une intervention qu'il y a une époque où les hommes politiques étaient vendus comme des yaourts ? Vous pourriez nous donner un exemple?

- Oui. ça me fait de la peine mais Mitterrand ! Génération Mitterrand, La campagne de 1988 avec Séguéla. Pas de message politique, donc on vend le produit le packaging,

19 88 c'est une campagne très marketing, la campagne de Chirac aussi, ce sont des campagnes où il n'y a plus de fond, que de la pub, et ceux qui gèrent ces campagnes-là sont des publicitaires... qui vendaient des yaourts avant. Comme Séguéla, qui, par ailleurs, est passé de Mitterrand à Sarkozy, détente...

-Sur la fonction présidentielle, elle a été désacralisée par Sarkozy entre autres, il a utilisé un langage, très direct, assez fracassant, parfois sincère, parfois non, c’était le cas, du moins ai-je trouvé, dans la campagne de J.L.Mélenchon, il y a ce parler vrai, très direct, dans l’immédiateté, n’avez-vous pas l’impression que cette immédiateté peut être un danger, à long terme, au niveau de la crédibilité de l’homme politique ?

- C’est le rapport au temps qui est en jeu ? Comme dit Virilio l’accélération du temps conduit à augmenter la probabilité d’accidents…et la violence des accidents ! ‘C’est vrai en mécanique, c’est vrai socialement, c’est vrai politiquement. Mécaniquement, on a les crash-tests pour voir quel est l’impact de l’accident, socialement, sociologiquement, politiquement, ça n’existe pas. Donc on continue à accélérer tous les jours un peu plus, et l’on s’aperçoit au détour de l’histoire que les accidents sont de plus en plus violents, et qu’aujourd’hui une phrase peut être une déflagration et faire s’effondrer un type, je pense par exemple, à l’interpellation de Bayrou à Cohn Bendit quand il l’avait attaqué sur la pédophilie, interpellation d’une très grande maladresse, cela l’avait beaucoup abîmé et pour longtemps. Cette accélération du temps fait qu’il y a des accidents plus graves et Twitter en est un bon exemple, puisqu’on est en temps réel et l’impact est instantané, il y a des twitcides tous les jours !

-JL Mélenchon utilise-t-il vraiment twitter et se branche-t-il le soir sur Facebook ?

- Non, il n’a pas touché à Twitter durant la campagne, il ne connaissait pas, il n’a demandé qu’un seul tweet ! Avant de démarrer la campagne il disposait d’un compte Facebook qu’il gérait lui-même et donc on lui a « retiré », le mot est fort, mais on l’a « déchargé » de cela…Et je ne crois pas que ce soit lui qui le gère aujourd’hui.

- Est-ce que vous savez si les politiques savent dire non aux agences de communication ? Est-ce qu’ils résistent facilement aux propositions de leurs conseillers ?

-Hé bien, oui, il y a une défiance du politique vis-à-vis du communicant à juste titre, parce qu’il y a chez les communicants une dérive de spin doctors ou de gourous qui pensent que la communication est plus importante que la politique ! Or la communication doit servir le politique, il y’en a certains qui pensent que la communication prend le pas sur le reste. Les hommes politiques s’en méfient plutôt et ils ont raison.

- J’ai entendu, quand vous analysiez avec Jacques Séguéla l’intervention de François Hollande, sur BFM je crois, vous avez proposé que François Hollande assume son identité sociale démocrate, est-ce que le communicant est là pour que le politicien fasse son coming out et soit dans la sincérité ?

- Ce n’est pas très honnête de ma part de donner un conseil à François Hollande ! Un je ne suis pas son conseiller et deux je n’en suis pas tout à fait sûr. Ce n’était pas une offre de service, tout le monde l’a bien compris…

Un des problèmes de Hollande aujourd'hui c'est qu'à vouloir une politique sociale-démocrate qui devient évidente et à continuer à avoir une posture socialiste, il déçoit l'électorat socialiste Front de gauche et de gauche qui se retrouvent dans ses mots et pas dans ses actes. Il se prive d'un soutien du centre qui voudrait s'identifier dans ses actes mais qui ne se reconnaît pas dans son discours.
Moi je disais qu'il a tout à gagner à assumer sa position, parce qu'il récupérerait très vite le centre, qui serait content de le voir assumer la sociale-démocratie et, deux, il aurait une vraie marge de manœuvre pour expliquer à sa gauche pourquoi il agit comme ça. Là, il est dans une quadrature, il est coincé.

Je pense qu'en communication politique le mensonge est intenable.
Il faut être au plus près de ce qu'on est, de ce qu'on pense. Après, tout n'est pas bon à dire, il faut éclairer des aspects plutôt que d'autres et c'est notre travail de voir ce qu'il faut valoriser ou mettre en retrait, mais en aucune façon on ne peut mentir, ça se retourne systématiquement contre nous. C'est notre communication, mais ce n'est pas le cas dans toutes les agences, par exemple, Euro RSCG avec Stéphane Fouks a théorisé la stratégie du mensonge...c'est-à-dire qu'on décide de sa vérité comme si il en existait plusieurs, et on l'assène tous les jours à coups de formules, d' éléments de langage pour que ça rentre bien dans le crâne du public.

-Comme Kinder surprise est bon pour la santé?

- Voilà, ce sont des stratégies de marketing. Nous, nous avons vraiment renoué dans cette campagne avec la tradition du mouvement socialiste, avec les drapeaux, les mythes, les meetings, tout ce qui était la tradition de la communication depuis l'affaire Dreyfus, les grandes marches, etc. On a fait l'impasse des années marketing et Séguéla, des années 1980-1990, jusqu'à aujourd'hui, et on a récupéré dans les années 2000 tout le savoir-faire des mouvements, Indignados, Printemps arabe...Comment ils utilisent le web...On a fait cette jonction entre le web du XXI eme siècle et la tradition du mouvement socialiste du début XXème.

- Je lisais dans Libération que vous avez passé au shaker la communication habituelle de l'extrême-gauche avec les rassemblements 2.0, le mégaphone, les web-séries...Est-ce que vous avez l'impression d'avoir amené à la politique des gens qui ne s'y intéressaient pas?

- Déjà, je relève juste le mot "extrême-gauche"..Je ne me sens pas du tout d' extrême-gauche, c'était une campagne socialiste au sens historique du terme. Oui je pense qu'on a touché des gens nouveaux, c'était l'objet de la web-série, elle touchait un public plutôt habitué aux séries, moins de quarante ans, urbain, Csp + qui ne se serait pas engagé, qui a pu accrocher et rentrer dans une narration qui n'était pas la narration traditionnelle. Avec l'appli mobile on a invité les gens à jouer. Puisque c'était sous forme de gaming, les gens ont répondu présents : c'était plus ludique et puis surtout on a décloisonné. Tout cela c'étaient des signes pour casser le carcan dans lequel on était coincés, c.-à-d un candidat d'extrême-gauche.

Parce que quand on démarre la campagne, c'est cela! Estimé à 2%! Quand on commence à bosser avec Jean-Luc le premier sondage est à 2 et tout le monde en parle comme du candidat d'extrême gauche...il fallait péter ça ! C'était très archaïque, très ringard et pour le casser on a embrassé tous les outils de nouvelles technologies possibles et imaginables, avec une liberté incroyable, même si, parfois, ils n'étaient pas utilisés. Les gens pour qui le discours auparavant était inaudible se sont dit « ce n'est pas tout à fait l'image qu'on avait de ces gens-là, y compris ce dircom barbu avec ses grosses lunettes », tout ça fait que l'on a cassé les stéréotypes.

- Est-ce que vous pensez qu'à long terme on peut réconcilier les deux branches du socialisme, la branche sociale-démocrate incarnée par Hollande et celle plus à gauche incarnée par JL Mélenchon ? Et remédier à la défiance de l'électorat ?

Fondamentalement, il y a une différence plus grande entre Mélenchon et Hollande que celle qu'il y avait entre Miterrand et Marchais! Puisqu'en 1981, dans le débat entre le Ps et le Pc la question était "jusqu'où on va dans le socialisme?" Dans les graduations dans les nationalisations, or aujourd'hui on n'est pas du tout sur ça ! On est sur deux directions différentes et un choix : de la rigueur imposée par l'Europe ou de la relance keynésienne, la réponse de gauche traditionnelle.
Et de ces deux orientations découlent toutes les politiques, donc il ne peut y avoir d'entente tant que cette question-là n'est pas tranchée. Je ne désespère pas qu'un jour Hollande se dise "cette politique de rigueur que nous impose l'Europe est une catastrophe, pour les peuples". On a vu ce que ça donne en Grèce, en Espagne, donc on va choisir une autre orientation qui est de réinjecter de l'argent, de faire de l'emprunt, d'assumer cette différence-là. Et en plus nous ne serions pas isolés, oui dans ce cas-là il y a un champ possible, de gestion, de politique commune. Je serais plus étonné, qu'à l'inverse, le Front de gauche se réveille un beau matin en se disant "Tiens la rigueur ça à du bon, allons-y, égorgeons tous les services publics..!"

- Si l'on considère qu'il y a une crise de confiance qui conduit à la montée de l'extrême- droite, est-ce que vous pensez qu'il y a une véritable façon de gouverner au niveau européen ?Est-ce qu'on a des marges de manœuvre?

Oui, on en a plein, parce que ça s'appelle la politique! On fait ce qu'on veut en politique. On parle de Mandela : quand l'Afrique du Sud a dit "on a un problème avec le sida" et qu'ils ont décidé de faire des médicaments génériques pour la trithérapie, l'organisation mondiale du commerce a répondu "Vous n'avez pas le droit!" Réplique des Sud-Africains : "Hé bien on s'en fout", ils l'ont fait quand même ! Et tous les interdits qu'on nous pose sont surmontables par volonté politique! Et généralement, ce n'est pas le cataclysme annoncé...On a voté non au Traité constitutionnel, on nous affirmait que si le Non l'emportait on allait enjamber les corps dans les rues et que les cadavres allaient joncher le sol, il ne s'est rien passé, d'ailleurs, ils l'ont refait passer, détente, juste après. Donc c'est uniquement une question de volonté politique.

- Pour la recrédibiliser, il faut mettre en œuvre ces marges de manœuvre?

Il faut nettoyer la politique, je ne reviens pas sur Cahuzac, mais ce sont des traumatismes lourds. Je veux bien qu'on soit dans une phase de nettoyage, ce qui est possible, ce qui peut être un des paris de Hollande, mais la période est très discréditante pour l'ensemble de la classe politique. Il faut aussi faire de la politique en conviction et non en carrière. Proposer des choses...et je pense que l'un des problèmes, ce sont les technos, c'est-à-dire que les énarques sont faits pour gérer l'existant, pas pour imaginer le lendemain!
Lui redonner moins de technicité, plus d'inventivité et d'humanité.



-Est-ce que vous pensez que la politique reste un métier noble pour l'ensemble des politiciens?

- Moi j'ai toujours pensé, pour en avoir fait longtemps, qu'il y a deux motivations :
- le goût du pouvoir,
- le sens de l'histoire.

Alors, elles ne sont pas forcément flatteuses, l'une comme l'autre, il y a un côté orgueilleux. On sent chez les hommes ou femmes, l'envie de prendre les postes quoi qu'il arrive, chez d'autres l'envie de s'inscrire dans une histoire! Et de se dire, au final, je serai dans un livre. Moi j'ai toujours été plus sensible à la dimension historique. Je pense qu'ils mixent les deux : qu'à des moments de la vie, le goût du pouvoir prend le pas sur le sens de l'histoire. Le début de l'engagement : souvent par conviction, avec ce rapport à l'histoire et au collectif. Puis après on s'embourgeoise.

- Mais il y en a qui rentrent directement par goût du pouvoir...?

Typiquement à l'Unef, c'était le sens de l'histoire qui nous motivait, or quand je suis arrivé comme jeune assistant parlementaire...j'en ai vu beaucoup débarquer au Sénat ou à l'Assemblée que seul le pouvoir fascinait...

- Dans la web-série l'Agence, vous brouillez les frontières : il y a des comédiens, des membres de Médiascop, une véritable agence de documentaire CAPA. Est-ce facile de faire la différence entre ses idées et celles de ses clients?

C'est le problème qu'on pose dans la série, on se pose tous les cas d'école qui pourraient nous arriver en tant qu'agence de com, moi j'avais une fable qu'on m'a racontée et qu'on racontait et que je racontais aux jeunes militants à l'Unef.
Ce sont trois petits bisons qui paissent dans une prairie et qui se disent : "Mais pourquoi on va toujours vers l'Est et jamais vers l'Ouest? ... alors que les prairies sont plus vertes?
- Il faudrait changer la direction du troupeau ! Pour ça, il faut prendre la tête du troupeau!"

Alors pendant des années, ils vont manger, forcir, grossir, pousser, pousser les autres, et un jour, ils deviennent trois gros bisons. À force de pousser, paf, les voilà en train de courir et ils se retrouvent à la tête du troupeau, et ils courent comme ça à l'est, et il y en a un qui dit aux autres : " Qu'est- ce qu'on fait-là? On est devant, là, les mecs ???
Le deuxième répond : "On tourne vers l'Ouest?
- Oui mais si on tourne, c'est quand même con, ce serait dommage que les autres ne nous suivent pas..."

Tout l'enjeu est là, la fin, les moyens...On aimerait faire des campagnes de JL Mélenchon, tous les ans, mais il n'y en a pas chaque année, et entre-temps il faut bouffer....... La période est compliquée et si le Qatar nous propose une mission, qu'est-ce qu'on fait? On y va, on n'y va pas ? Toutes ces angoisses nous nous les sommes posé, la série a un côté très cathartique !

 

communication,mediascop,séguéla,jean-luc mélanchon,front de gauche,stéphane fouks,politique,l'agence,capa,françois hollandeeuro rscg,arnauld champremier-trigano

                                                                                              Dans la prairie


- J'ai bien aimé dans la série un passage où vous essayez de faire payer la directrice de l'agence Capa, la vie d'une agence, est-ce difficile au point qu'il faille emmener les clients jusqu'à une tirette avec un pistolet sur la tempe?

Elle n’est pas forcément de tout repos.

Alors, c'est la vraie directrice de CAPA, qu'on a dans le bureau à ce moment-là, qui avait vraiment acheté la série, qui ne savait pas ce qui l'attendait en venant. Un happening : quand on lui prend son sac et qu'on lui dit « va à une tirette, je crois tu peux tirer jusqu'à 3000, on te rendra le sac quand tu reviendras... »  

- Vous avez dans l'équipe une certaine Sophia Chirikou, elle est petite mais elle peut tout?

-Chikirou (moment de solitude de l'intervieweur) mais oui, mes enfants l'appellent Kirikou.

-Dans la web-série il y a un concours de lancer de Chipsters, « comme dans The Office », selon un communicant de l'agence. Quand vous avez une idée ou une bêtise qui vous vient en tête, vous avez toujours une justification intellectuelle?

- On théorise tout, tout le temps, et parfois, j'avoue, à posteriori! Mais là, c'était plutôt par souci d'honnêteté. On a vraiment piqué l'idée à The Office! Il y a un des épisodes de la Saison 4 qui s'ouvre comme ça ! Et j'avais trouvé la scène tellement drôle et tellement réalisable pour nous, que je me l'étais noté cet été et on la remise dans le scénario. On ne craignait pas de procès mais c'était incorrecte de la piquer sans citer...Finalement la citation montrait bien le côté looser de l'équipe, dont le patron ramène des idées vues dans des sitcoms américaines, pour occuper les troupes qui n'ont pas de boulot la journée!

- Pour terminer, une petite référence à votre patronyme, vous auriez une suggestion de destination pour les lecteurs?

- Moi je vais en Grèce, je pense que c'est pas mal, ils en ont besoin, et ça reste une destination formidable!


 

25/10/2012

Les racines du ciel, l'homme et l'arbre - Fiac 2012

Le Grand Palais est coupé du monde par sa verrière baignée d'une clarté quasi magique indépendante des cordes lorsqu' il en pleut.

Galerie Helly Nahmad ou comment boire un Château Pétrus à l'apéritif

Le problème de ma visite de la Fiac fut de commencer par  Picasso,  "Deux bustes de profil, 1972", à la veille de sa mort, si aérien lorsqu'il préparait sa disparition dans les indigos.
"Jamais sa tête ne fut aussi belle qu'au moment où elle allait tomber"- Stendhal

Du coup la suite de la visite s'affadit brusquement au risque d'avoir  l'impression  de déambuler dans un vide grenier...Il me fallut plusieurs allées et venues sans but et deux cafés avant de me retrouver nez à nez avec ...
Un arbre.

Galerie Gagosian - Quand la nature imite l'art

Un artiste suffisamment barré fait germer un plant de courge dans un tronc d'acacia, le lierre le colonise, les années passent, puis il le tronçonne, effectue un moulage, époustouflante sculpture que l'on évite de toucher de peur de n'abîmer l'écorce.

Métro pictures - L'humour est la politesse du peintre

The Man with 4 heads, donne vie à un rêve, celui d'avoir quatre visages. D'emblée, ce qui relie le torse à ces quatre têtes est le crayon, par la magie du dessinateur imbibé de comics, l'homme reste en cohérence avec ces quatre personnalités. Chacune est le portrait d'un de ses collaborateurs. En son temps Henry Iv ordonna de sculpter sous le Pont-Neuf, les figures grimaçantes de ses ministres. 

 Galerie Inconnue - À bas l'esprit de sérieux!

Le salon d'honneur, nous y entrons accueillis par deux rouleaux de Station service, gris et blanc, un peu comme si Buren avait relooké l'Elephant bleu. C'est poilant.

16/10/2012

Les Pigeons - Retour aérien de Benoît Pinaud

Les Pigeons

De leur peu glorieuse image lassés,
Les pigeons, un jour, en ayant assez,
Fort unanimement se révoltèrent.
On voulait, selon quelques congénères,
Les plus fiers parmi tous, qu’à leur endroit
Cessât ce mal, fort répandu ma foi,
D’être « stigmatisés », comme ils disaient.
« N’endurons plus qu’en ville nos méfaits
Nous vaillent injures et triste renom.
L’Histoire se souvient de notre nom,
Notre vaillance servit la Nation.
Désormais, c’est dit, pour toute ration,
De miettes nous ne nous contenterons ».
Voici nos volatiles, ailerons
Gonflés, occupant l’espace public.
Et de leurs roucoulements énergiques
La ville fut bientôt la résonnance.
Telle présence (par là, telle nuisance)
Attira d’honnêtes gens, débonnaires
Mais quelque peu fâchés, qui décidèrent
De dénouer la crise : il fallait bien
Accorder à ce groupe souverain
Une digne nourriture, une riche
Mixture faite des tout meilleurs grains.
Les indignés, sur ce repas peu chiche
Se ruèrent, si bien que leur refrain
Cessa : le poison leur cloua le bec.
Les survivants eurent tôt fait, avec
Ce malheur, de comprendre que le mot
« Pigeonner » ne s’éteindrait de sitôt.

Cette fable rappelle, s’il le fallait,
Qu’il faut toujours, du bon ou du mauvais,
Savoir trier. Mais elle illustre encore
Que l’appât du grain est bien le plus fort.

Copyright Benoît Pinaud

15/10/2012

Ma conception de la littérature?

 


 


"Pourquoi devrait-on se prendre le réel en pleine gueule? Vivre ça consiste quand même à essayer de le contourner. Parce que le réel c'est qu'on est un morceau de viande qui va mourir et pourrir. Donc vivre c'est quand même refuser une forme de réalité par la réflexion et l'imaginaire."


                                                              Édouard Baer dans "à nous Paris"




http://www.anous.fr/

26/09/2012

Kirikou Les Hommes et Les Femmes -3D

Karaba en relief.

Le désert avance.

Après la splendeur de Kirikou et les bêtes sauvages, les nuées d'oiseau, les bains végétaux, l'amour d'une mère, nous avions hâte. Kirikou Les Hommes et Les Femmes, moins spectaculaire, provoque la sensation d'un retour au pays, retrouver la vie quotidienne au village, les parents, les voisins. La difficulté d'être, le poids des aléas climatiques.

Et même si nous sommes en pays de connaissance, l'émerveillement peut surgir à n'importe quel moment, une pluie torrentielle, un vent de sable ou l'arrivée d'un étranger. Michel Ocelot nous héberge.

Il ne clôt pas sa trilogie, Kirikou s'eclipse. Nous aurons à jamais la sensation d'un paradis perdu.





Kirikou et les hommes et les femmes Bande-annonce par toutlecine